Contexte

 

Les enjeux liés à l’érosion de la biodiversité

 

La biodiversité, c’est l’assurance vie des hommes sur la terre. Pendant des millions d’années, les espèces se sont continuellement adaptées pour survivre, se multiplier, surmonter les évènements naturels…

 

Or, depuis quelques dizaines d’années, nous assistons à la disparition des espèces et des milieux naturels a une vitesse sans précédent, avec un taux d’extinction, pour les espèces, estime aujourd’hui entre 100 et 1000 fois plus élevé que le taux moyen d’extinction, et entre 10 a 100 fois plus rapide que n’importe quelle extinction de masse qu’a connu jusqu’ici la vie sur terre.

 

S’inquiéter et agir pour stopper la perte de biodiversité est une nécessité à la fois évidente et absolue :

  • la biodiversité est un patrimoine dont nous avons hérité et que nous devons léguer en bon état à nos successeurs.
  • les écosystèmes nous fournissent quantité de ressources (eau, climat, pollinisation, alimentation, cadre de vie, culture…) et que leur bon fonctionnement et leur stabilité dépendent de leur diversité biologique.
  • à chaque disparition d’espèce correspond celle d’une quantité inconnue d’interactions avec d’autres espèces et leur milieu, et que c’est donc l’ensemble du système vivant qui peut être déstabilisé.

 

L’objectif est donc bien désormais de viser une préservation globale de la biodiversité en cohérence avec nos activités économiques et non plus seulement de ses éléments les plus remarquables et emblématiques ou les plus menacés. Ceci est d’autant plus vrai en France où la plupart des espaces, réputés naturels ou non, sont le fruit d’une co-évolution du travail de la nature et de l’homme.

 

Il faut donc commencer par renforcer le tissu vivant du territoire en rétablissant, à l’image du système sanguin pour le corps humain, des flux entre des organes vitaux – les zones de plus haute valeur écologique – de façon à ce que vive tout l’organisme – c’est-à-dire le tissu vivant du territoire. C’est le but de la Trame verte et bleue nationale.

 

Car, sans pouvoir assurer ces échanges vitaux, les espèces sauvages sont alors menacées d’isolement voire de disparition.

En d’autres termes, il ne suffit plus aujourd’hui pour maintenir la biodiversité de créer des îlots de nature protégés en supposant que des échanges s’organiseront de manière naturelle entre ces aires protégées. Il est indispensable d’identifier et de rétablir une infrastructure naturelle fonctionnelle pour connecter ces cœurs de nature sur notre territoire. Cette infrastructure naturelle, c’est la trame verte et bleue.

 

 

Pour en savoir plus : La biodiversité s’explique

WordPress theme: Kippis 1.15
Suivre

Recevez les mises-à-jour dans votre boîte mail

Pour nous rejoindre :